Newsdetail

Recommandations de vote UDF VD sur les scrutins du 28.11.2021

Elles comportes deux recommandations de vote qui diffèrent de celles d'UDF Suisse.

Initiative sur les soins infirmiers: OUI

Initiative sur la justice: Abstention de vote

Modification du 19 mars 2021 de la loi COVID-19: NON

Initiative sur les soins infirmiers:

OUI

Ce que propose l’initiative:

1. Rendre possible la facturation de certaines prestations directement par les infirmiers. Ainsi nous valorisons d’une part leur expertise et leur travail, d’autre part nous réduisons les coûts de la santé.

2. Rendre la formation plus attractive afin de pallier à la pénurie de soignants, en augmentant le nombre d’infirmiers formés en Suisse.

La Suisse est le pays en Europe qui engage le plus de soignants à l’étranger! Nous sommes actuellement dépendants des soignants étrangers.

3.Valoriser le travail en améliorant les conditions de travail et en augmentant le salaire des infirmiers.

 

À titre de comparaison; dans le canton de Vaud un infirmier qui commence se trouve en classe 8 (68’667.-/an) et un enseignant HEP en classe 9 (74’139.-/an), tous les deux ont pourtant le même niveau de formation: 3 ans, Bachelor HES.

Les problèmes du contre-projet:

Pas d’entrée en matière concernant les conditions de travail, les salaires et la promotion de l’évolution professionnelle. Ainsi, il sera possible de former plus de soignants mais les raisons qui les poussent à quitter la profession ne seront nullement changées.

 

N’oublions pas que c’est bien lorsque nous sommes malades que nous avons besoins des soignants, par conséquent réfléchissons à cette question comme si l’on se trouvait malade plutôt qu’au mieux de notre forme. Ceux qui souffrent du manque de personnel sont les malades et non les bien-portants!

Initiative sur la justice:

Abstention de vote

 

Modification du 19 mars 2021 de la loi COVID-19:

NON

 

Les mesures prises par le Conseil fédéral doivent être qualifiées de disproportionnées. Premièrement, divers droits fondamentaux élémentaires ont été, depuis mars 2020, de plus en plus restreints par le Conseil fédéral. Plus ces restrictions dureront, plus leurs raisons d’être devraient être importantes.

 

Deuxièmement, la pression sur les personnes non-vaccinées, et donc la fracture sociale, s’intensifie. Le certificat Covid est une invention méprisante pour les êtres humains, qui favorise la société à deux classes.

Les piqûres que l’on appelle faussement «vaccins», surtout les «ARN-messagers», sont de la pseudo-thérapie génique expérimentale, autorisée en urgence, provisoirement. Urgence pourtant qui dure depuis bientôt un an. De plus, l’on veut «piquer» les enfants alors qu’ils ne courent quasiment aucun risque, dès l’âge de 12 ans, et par surcroît sans le consentement des parents.

 

Les mesures relatives au coronavirus causent d’immenses dommages à l’économie. Après les 18 derniers mois, le Conseil fédéral n’aurait en aucun cas dû augmenter ces dommages par l’obligation de certification. Au lieu d’une reprise économique, diverses entreprises se voient maintenant confrontées à une baisse du chiffre d’affaires qui risque de s’accentuer.

 

Au vu de ces conséquences pour l’économie et la société, il faut se demander si la situation due au Covid justifie ces mesures. Depuis la quatrième vague entre fin juin et mi-octobre, 317 personnes sont décédées du ou avec le Covid, 72% d’entre elles ayant plus de 70 ans. Cependant, au cours de la même période, environ 2’800 personnes sont mortes des seules conséquences du tabagisme!

 

Le caractère disproportionné des mesures contre le coronavirus ne peut plus être toléré. Un «non» ferme à l’extension dangereuse de la loi Covid-19 semble être la bonne réponse.

 

Ces questions mettent en lumière les enjeux de la votation:

• Acceptez-vous de devoir présenter la preuve que vous avez reçu la dernière dose disponible d’un vaccin pour aller au restaurant, cinéma, réunion de famille, culte à l’église, etc?

• Acceptez-vous de devoir présenter un code QR sur la « preuve » que vous êtes « sain », pour accéder à votre travail?
• Acceptez-vous de devoir être enfermé chez vous pendant 10 jours parce que vous avez rencontré un ami qui a reçu un test covid positif?

• Acceptez-vous une société à deux vitesses où les personnes ayant décidé pour elles-mêmes de participer à une expérience médicale aient des privilèges qui vous sont interdits?
• Acceptez-vous que l’État soit constamment au courant des personnes que vous rencontrez et des lieux que vous fréquentez?

• Acceptez-vous qu’il vous soit demandé (ou à vos enfants) de participer à une expérience médicale pour pouvoir accéder à l’école obligatoire, à un apprentissage, à l’université?

Si votre réponse aux questions cités plus haut est « non », alors respectez-vous et votez NON.

 

 

Vous pouvez retrouver des arguments plus étayés dans le dernier numéro du magazine Impulsion.