Détail de l'actualité

Après l'adoption de la loi Covid-19: Rester proportionné et combler les fossés

Contrairement au mot d'ordre de l'UDF Suisse, le souverain s'est clairement prononcé le 28 novembre 2021 en faveur d'un durcissement de la loi Covid-19. Tant la campagne de votation, menée de manière émotionnelle et avec un élan impressionnant de la part de nombreux citoyens issus de la société civile, que le taux de participation élevé ont montré que les contenus les plus controversés de la loi Covid - en particulier le certificat Covid - polarisent fortement l’électorat. Le Conseil fédéral devrait maintenant agir avec sagesse et conciliation. Le verdict ne doit pas être interprété comme une carte blanche pour de nouvelles mesures disproportionnées. Toutes les forces démocratiques ont maintenant la responsabilité, dans l'intérêt du bien commun, de combler les fossés ouverts au lieu de faire progresser la division de la société.

L'UDF Suisse s'est engagée dans la campagne en vue de la votation avec sa propre campagne contre le durcissement de la loi Covid-19. Dans toute la Suisse, plus de 300'000 foyers ont pu recevoir nos journaux de votation. L'orientation générale du contenu "Nous ne nous laissons pas diviser" a souligné les dangers pour la cohésion nationale qui sont apparus suite à la stigmatisation croissante des personnes non vaccinées.

 

L'UDF se prononce en faveur d'une stratégie cohérente et globale pour endiguer le coronavirus. Les groupes à risque - principalement les personnes vulnérables et les personnes de plus de 65 ans - doivent être protégés par des mesures ciblées. Mais pour nous protéger du Covid ou d'autres maladies infectieuses, les lois existantes suffisent. Les mesures doivent être évaluées à l'aune de leur impact sur l'économie et la société et ne doivent pas causer plus de dommages qu'elles ne sont utiles. L'UDF s'oppose à l'érosion de l'État de droit et se prononce en particulier clairement contre l'introduction en discussion de la règle dite "2G" ("geimpft" pour vacciné, "genesen" pour guéri), qui exclut complètement de la vie publique les personnes non vaccinées, les exclut des lieux de travail et les pousse à l'isolement. Une vaccination obligatoire comme en Autriche ne doit pas être discutée, de même la vaccination des enfants n'a aucun sens, même à l'avenir.

 

L'UDF Suisse prend acte de l'approbation claire de l'initiative sur les soins infirmiers et du rejet tout aussi clair de l'initiative sur la justice. Les deux préoccupations étaient justifiées et ont suscité de précieux débats de société, bien que les délégués de l'UDF aient préféré le contre-projet déployant plus rapidement ses effets, à l'initiative sur les soins infirmiers. L'initiative sur les soins infirmiers doit maintenant être mise en œuvre le plus rapidement possible.

 

 

Pour de plus amples informations:

Marc Früh, ancien député au Grand Conseil BE, 079 673 08 16